Bilan de 2017 (c'est de saison, paraît-il)

31/12/2017

 

Et voilà, 2017 s’achève.

Le temps a filé.

Très vite.

Trop vite.

 

Avec des hauts et des bas.

 

En ce mois de décembre, je me sens bien. Cela n’a pas été le cas durant toute l’année, la faute à trop d’attentes, je crois. Et un méga gros espoir déçu, qui m’a fait trop rêver. Plus dure a été la chute.

Mais c’est le jeu de beaucoup d’écrivains, je crois.

 

 

Rétrospective (à passer si vous me connaissez depuis le début, car je radote, je radote)

 

2014

Je décide de « tenter ma chance » avec l’écriture, pour la dernière fois. Marre de ramer à contre-courant.

Soit je réussissais à me faire publier à compte d’éditeur (Chat échaudé, bla-bla-bla…), soit j’arrêtais définitivement (on ne saura jamais…)

Faut dire que ma tentative prédédente en 2005 s’est soldée par la signature d’un superbe contrat à compte d’auteur. (Ouais, ouais, je sais. Pas la peine de ricaner.)

 

Bref. 2014 a été une chouette année, pleine de :

 à chaque réponse positive. 7 nouvelles dans des anthologies. Les débuts de « Par le sang ».

 

2015

Premier roman format papier aux éditions Flammèche.

 

2016

Première publication aux éditions City, Eden. Premier roman distribué en librairie.

 

2017

Le blues… (Séquence chouine, à passer si les couinements pathétiques vous indisposent.)

(Je sais, je sais : « Tu te fous de nous ? Tu devrais être contente ?! »)

 

Sauf que je rêvais de vivre partiellement de ma plume.

Raté. Surtout en Suisse.

J’ai même dû remonter mon taux d’activité. Pas de grand-chose, c’est vrai, mais c’est ça en moins sur mon temps d’écriture.

J’ai eu l’impression de reculer. (Après avoir avancé à grande vitesse, ça décoiffe dans le mauvais sens.)

De voir mes rêves s’éloigner, juste hors de portée de main.

 

 

Séquence mystique (à passer si le développement personnel vous gave grave)

 

 

Pendant l’été, j’ai lu « Les quatre accords toltèques » de Don Miguel Ruiz.

 

Je résume les grands principes (en très très résumé, navrée pour les raccourcis)  :

  • Ne pas se fustiger pour ses erreurs, ne pas blâmer les autres pour les leurs, ne pas les leur rappeler. Quand on fait une erreur, quand on regrette quelque chose, il faut tourner la page, ne pas ressasser. On jette le cilice à la poubelle et on avance sans se retourner.

  • « Que ta parole soit impeccable » : ne pas s’auto-saboter, ne pas semer de « graines toxiques » chez les autres (un bon exemple étant : « Tu as mauvaises mine. » On y croit, et on projette de mauvaises choses sur soi.)

  • « Ne fais pas de suppositions. » : au lieu de te faire des films, débrouille-toi pour mettre les choses au clair.

  • « Fais de ton mieux. » : ton mieux quand tu te sens bien n’est pas ton mieux quand tu es malade, fatiguée, triste… l’important est d’être content de soi à la fin de la journée.

  • « N’en fais pas une affaire personnelle. » Au final, ça consiste à cesser d’accorder de l’importance aux jugements négatifs des autres, ces gens qui nous critiquent, nous nuisent, même sans le vouloir. Ne plus se pourrir la vie en les écoutant. Ne pas chercher les compliments non plus. Arrêter de tout centrer sur nous.

 

Perso, c’est pas gagné, mais j’essaie d’appliquer ces principes, et… ça remet les choses en perspective.

 

Après le break mystico-estival est venue la rentrée, dans ma nouvelle école.

Et là, miracle.

Je suis passée de 40 minutes de bus à 15 de trottinette.

Des élèves plutôt sympa, un bâtiment tout neuf et lumineux. De chouettes collègues.

Parfois, il n’en faut pas plus pour se remettre sur les rails.

 

Restait à retrouver le plaisir d'écrire.

Et surtout me mettre à la correction de « Par le sang » (Merci Mathieu pour ton aide !)

Sans compter le soutien sans faille de mes alpha et bêta lecteurs.

 

Au final, côté écriture, 2017 ça donne :

 

Rééditions :

Le sang de la guerrière, éditions MxM Bookmark, collection Infinity, décembre 2017

(édition revue et augmentée de « Par le sang »)

La Domination des sens, éditions France Loisirs, août 2017

(reparution « club » du roman éponyme)

 

Publications :

Comme un rêve d'opaline, (Concours littéraire de la Fondation Pierre et Nouky Bataillard), dans Natures, éditions L'Âge d'Homme, automne 2017

Le livre de Vatel, dans Gourmandises espiègles, éditions Lilo, 2017

 

Pas grand-chose de nouveau, donc. Mais un gros boulot de réécriture sur « Le Sang de la guerrière ».

 

Pour les nouveautés, il faudra donc attendre 2018.

 

L’important pour moi, c’est de retrouver l’enthousiasme de 2014.

 

 

 

Annonces (à passer, si les spoilers vous filent des boutons) :

 

En février, parution de mon mon 1er roman young adult « La proie du Dragon »

Les premiers chapitres sont d’ores et déjà disponibles pour vous mettre l’eau à la bouche (ou vous conforter dans l’idée que ce n’est pas pour vous) :

 

Le sujet est d'actualité : et si l'intelligence artificielle prenait le pouvoir ?

Je vous laisse découvrir ma vision de l'avenir...

 

En mars : participation à Livre Paris 

 

Et une réédition prévue au 2e semestre.

(Je vous laisse deviner...)

 

Si vous êtes venus à bout de ce bilan sans rien passer, soit vous êtes héroïques (voire maso), soit vous m’aimez beaucoup.

Alors, merci de me suivre et que 2018 vous permette de toucher vos rêves du doigt !

 

Bisous à toutes et tous !

 

Flo

 

 

(Source des images : Pixabay)

 

Please reload

Articles récents

28 May 2017

Please reload

Rechercher
Please reload

Suivez-moi
  • Facebook Basic Square
RSS Feed
Archive
Please reload

© 2014-2019 - Florence Cochet (Maux de Textes)

Mentions légales

  • Instagram - Grey Circle
  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
  • YouTube - Grey Circle