top of page
  • Photo du rédacteurFlo

Instant magique : éphémère rencontre avec une fauvette

Dernière mise à jour : 20 oct. 2023



Il était une fois une véranda ensoleillée qui avait décidé, ce week-end-là, de jouer les prisons pour oiseaux. La détenue ? Une fauvette, toute mignonne et frêle, qui s'était probablement laissée entraîner par la transparence trompeuse des vitres (pourtant sales). Et voilà notre fauvette enfermée et paniquée.


Tandis qu'elle voletait dans tous les sens, cherchant désespérément une sortie, se cognant contre le verre, j'entrai dans la véranda. À chaque battement d'aile de l'oiseau, je pouvais presque entendre sa petite voix terrifiée : "Pas encore une vitre ! Mais comment je suis censée sortir d'ici ?"


Prise de compassion (et de la crainte des chats du voisinage), j'ai ouvert grand la porte-fenêtre, juste devant son bec. Au lieu de s'envoler vers la liberté, la fauvette, épuisée, a adopté une stratégie de "sit-in". Elle s'est posée, résignée, sur le sol, devant la liberté à sa portée.


M'agenouillant doucement, j'ai recueilli ce petit paquet de plumes entre mes mains. Elle était là, le bec entrouvert, l'air de dire : "OK, tu m'as eue. Maintenant, que comptes-tu faire de moi ?"

J'ai alors été témoin et actrice de ce moment magique où la fauvette et moi, deux créatures d'univers complètement différents, avons partagé un moment de pur bonheur. Elle se laissait caresser, ses yeux se fermaient, sa respiration s'apaisait. C'était comme si, pour quelques instants, le monde entier n'avait plus d'importance. Il n'y avait que nous deux, en parfaite harmonie.

Relâchant doucement la fauvette à l'extérieur, près d'un récipient d'eau, j'ai cru que notre belle histoire touchait à sa fin. Mais surprise ! Mon amie ailée avait décidé de prolonger le rendez-vous. Elle s'est perchée paisiblement sur le bord de la soucoupe, appréciant encore quelques caresses.


Et puis, tel un prince charmant arrivant après la bataille, mon mari est entré en scène. Craignant que notre nouvelle amie ne soit blessée, il a avancé la main pour l'encourager à décoller Et voilà, telle Cendrillon à minuit, la fauvette s'est envolée, disparaissant sous notre tonnelle de glycine.


Ainsi s'est achevée l'aventure de la fauvette dans la véranda. Une histoire pleine d'émotion, de sourire et de tendresse. Et, je l'espère, une belle leçon : parfois, un simple geste de gentillesse peut transformer une mésaventure en un moment inoubliable.


20 vues0 commentaire

コメント


bottom of page