top of page
  • Photo du rédacteurFlo

Ayahuasca, chamanisme et esprit jaguar

Dernière mise à jour : 3 févr.

Pour écrire mon roman Esprit jaguar (Tome 2 des aventures de Loren Ascott), j'ai passé d'innombrables heures à m'intéresser à la symbolique du jaguar, en particulier pour les peuples amérindiens. Cela m'a amenée à la découverte de l'ayahuasca, encore employée aujourd'hui. Je vous propose de découvrir cette décoction qui, selon certains, permet de voyager entre les mondes.


esprit jaguar et chamanisme

Qu’est-ce que l’ayahuasca, cette décoction aux propriétés hallucinogènes ?


L’ayahuasca est une boisson psychotrope traditionnellement utilisée par les peuples indigènes d’Amazonie pour des cérémonies spirituelles et de guérison. Elle est concoctée en infusant ensemble deux plantes : la liane Banisteriopsis caapi et les feuilles d’un arbuste, souvent le Psychotria viridis, bien que d’autres plantes puissent être employées.


Ayahuasca Ayawasca
Ayahuasca (source : Wikipédia)

Héritage des Incas, l’ayahuasca est donc reconnu pour ses propriétés hallucinogènes. En consommer conduit à une expérience introspective profonde, marquée par une forte charge émotionnelle, qui reste souvent gravée dans la mémoire de l’individu. Cependant, cette expérience peut être accompagnée de malaises physiques, de réactions de terreur ou même d’épisodes délirants.


Les feuilles utilisées contiennent une substance appelée diméthyltryptamine (DMT), tandis que les lianes renferment des alcaloïdes β-carbolines (THH). La DMT, dont les effets sont comparables à ceux du LSD (un autre hallucinogène puissant), agit sur certaines parties du cerveau responsables de la régulation de l’humeur et des émotions. Les β-carbolines bloquent différentes enzymes dans l’intestin, permettant ainsi à la DMT de passer dans le sang et de prolonger son effet. Ces alcaloïdes sont également responsables des effets purgatifs (nettoyage du système digestif) et émétisants (provocation de vomissements) de l’ayahuasca.


L’usage thérapeutique de l’ayahuasca fait débat. Certains le voient comme un traitement potentiel de la dépression ou de certaines addictions. Dans des contextes spirituels, notamment au sein de groupes chamaniques, l’ayahuasca est considéré comme un moyen d’explorer l’inconscient. Cependant, la communauté scientifique conteste cette approche, mettant en avant le manque de rigueur dans les études menées, l’absence d’informations sur les rechutes et la facilité à influencer les participants.

Les risques majeurs sont une perception faussée des émotions, une valorisation excessive des expériences personnelles et une tendance au subjectivisme. La consommation d’ayahuasca peut attirer davantage les individus vulnérables, rigidifier la pensée et réduire la richesse de la vie émotionnelle, la centrant uniquement autour de la substance hallucinogène (dépendance).


Les autorités sanitaires classent l’ayahuasca comme substance dangereuse, au même titre que d’autres qui provoquent des hallucinations, soulignant ainsi les risques liés à sa consommation.



Origines du nom "ayahuasca"


Le mot « ayahuasca » proviendrait du quechua, une langue parlée par les peuples indigènes des Andes et de l’Amazonie. Il existe plusieurs étymologies. Les plus fréquentes sont les suivantes :

  • « aya » signifie « esprit » ou « âme », et « huasca » ou « wasca » signifie « liane » ou « corde ». Ainsi, « ayahuasca » peut être interprété comme la « liane de l’âme » ou la « liane des esprits », reflétant la croyance que la boisson permet aux individus d’accéder à des dimensions spirituelles ou de communiquer avec les esprits ;

  • ayahuasca signifie littéralement « corde des cadavres » (ou « liane amère » pour ayaqhuaska).

indigène des andes et d'amazonie préparant l'ayahuasca

Ces deux étymologies expriment l’importance spirituelle et culturelle de l’ayahuasca pour les communautés indigènes qui l’ont traditionnellement employé dans des rituels et des cérémonies de guérison. L’utilisation de l’ayahuasca est profondément enracinée dans la cosmologie et la spiritualité de ces communautés, et son nom reflète ces connexions.



Liens entre l'ayahuasca et le chamanisme


L’ayahuasca a été associée à diverses pratiques spirituelles et rituelles. Au cœur de ces traditions se trouve souvent la figure du jaguar, un animal totem qui symbolise la puissance et la sagesse dans de nombreuses cultures sud-américaines. Les chamans, ou guérisseurs traditionnels, croient que l’ayahuasca peut faciliter la communication entre le monde humain et le monde spirituel, permettant aux individus de transcender les frontières ordinaires de la conscience et d’accéder à des états de perception élargie.


Les cérémonies d’ayahuasca sont généralement dirigées par des chamans expérimentés, qui guident les participants à travers les étapes du rituel. Ces cérémonies commencent habituellement par des purifications et des prières, suivies de l’ingestion de l’ayahuasca. Les participants peuvent ensuite vivre des visions intenses, souvent symboliques, et ressentir une connexion profonde avec la nature et les esprits. Le jaguar, en tant qu’esprit-guide, est censé aider à naviguer dans ces états modifiés de conscience, fournissant protection et sagesse.


Cependant, l’utilisation de l’ayahuasca n’est pas sans risques. Les interactions médicamenteuses, principalement avec les antidépresseurs et les stimulants, peuvent être graves voire mortelles, en raison de la présence d’inhibiteurs de la monoamine oxydase [1] dans l’ayahuasca. De plus, les personnes ayant des antécédents médicaux, en particulier des problèmes cardiaques ou des troubles psychiatriques, peuvent courir des risques accrus lors de la consommation d’ayahuasca.


Les décès lors de cérémonies d’ayahuasca, bien que rares, ont été rapportés et peuvent être attribués à plusieurs facteurs, notamment une mauvaise préparation, une supervision inadéquate, ou des accidents physiques tels que des chutes ou des noyades.


Des décès ont ainsi eu lieu en Colombie et au Pérou, où des étrangers ont participé à des cérémonies d’ayahuasca sans surveillance correcte, soulignant par conséquent les dangers potentiels associés à l’usage de cette substance en dehors d’un contrôle médical effectué par des professionnels.


En dépit de ses dangers, l’ayahuasca continue d’attirer ceux qui cherchent une guérison spirituelle ou une transformation personnelle. Cependant, la prudence et une préparation adéquate sont essentielles pour minimiser les risques liés à cette pratique ancestrale profondément enracinée dans la cosmologie indigène de l’Amazonie.



Jaguar et chamanisme


Dans les profondeurs mystiques de l’Amérique du Sud, le jaguar, créature de la forêt au pelage étoilé, détient une place sacrée dans le cœur des pratiques chamaniques. Il est plus qu’un simple animal ; il est un guide, un protecteur, un guérisseur.


jaguar allongé félin lié au chamanisme esprit-jaguar Loren Ascott

Le jaguar, un lien entre les mondes :

Dans la danse silencieuse entre le visible et l’invisible, le jaguar se meut comme un messager entre les mondes. Il accompagne les chamans dans leurs voyages spirituels, leur ouvrant les portes des royaumes cachés, là où le voile entre le ciel et la terre est le plus mince.


Transformation et métamorphose :

Les chamans, avec le jaguar comme allié, embrassent la fluidité de la forme, glissant dans la peau tachetée de cet être majestueux pour puiser dans sa force, son agilité et sa perspicacité. Ainsi transformés, ils naviguent dans les courants subtils de l’inconnu.


Rituels de guérison :

Quand la douleur et la maladie frappent l'individu, les chamans invoquent l’esprit du jaguar. Avec des chants qui résonnent à travers les éthers et des danses qui tracent des spirales de guérison, ils canalisent l’énergie protectrice et guérisseuse du jaguar pour restaurer l’équilibre.


Des rituels sacrés naissent de cette alliance. L’écho du jaguar résonne dans les chants, les danses et les herbes médicinales utilisés pour guider le processus de guérison, tissant un lien entre l’homme et la nature.


un jaguar en tête à tête avec un chaman amazonien

Le jaguar, une protection spirituelle :

Dans un monde où les forces invisibles peuvent procurer autant de bien que de mal, le jaguar est le gardien silencieux. Son esprit est invoqué pour ériger un bouclier contre les puissances malveillantes, offrant une protection sacrée.


Purification et nettoyage :

L’énergie du jaguar balaie les ombres, purifiant les âmes et les espaces des énergies stagnantes. Elle apporte une clarté renouvelée, permettant aux chamans de restaurer l’harmonie spirituelle et énergétique.


Plantes sacrées et enthéogènes [2] :

Les plantes sacrées, comme l’ayahuasca, tissent un lien profond entre le jaguar et le monde spirituel, ouvrant des portes de perception et facilitant les voyages chamaniques.


jaguar et chamanisme, esprit jaguar

Vision et perception :

Avec des yeux capables de voir clairement même dans l’obscurité la plus profonde, le jaguar symbolise la vision transcendantale, aidant les chamans à voir au-delà du voile de l’illusion.


Enseignements et messages :

Comme un enseignant silencieux, le jaguar apporte des messages des esprits et des ancêtres, guidant les chamans vers une compréhension plus profonde des mystères de l’existence.


Les murmures du jaguar résonnent à travers les âges, dans le battement de tambour du chaman, dans le souffle de la forêt, reflétant une relation ancienne et sacrée qui continue de guider, de guérir et d’inspirer. C’est un voyage continu, une danse sacrée entre le visible et l’invisible, entre le jaguar, le chaman et les mystères inexplorés de l’Amérique du Sud.


PS : Je n'ai jamais testé cette décoction. Je ne compte pas le faire dans les 20 ans qui viennent...


jaguar traversant une rivière, jaguar nageant dans une rivière

[1] Les inhibiteurs de monoamine oxydase constituent une classe d’antidépresseurs utilisés dans le traitement de la dépression.

[2] Enthéogène : substance psychoactive qui procure un état extatique, généralement utilisée à des fins religieuses ou spirituelles


Toutes les images non sourcées ont été créées avec Midjourney.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page